En lisant Dominique Fourcade

Avr 10 2012

Premier poème Fang Yi

Le  ciel  pas  d’angle  je  n’étais  pas  en  alerte  je  n’ai  à aucun  moment  buté  contre  rien  je  pense  avoir  glissé sur  la  terre  sans  que  quelque  chose  se  soit  dérobé  ou a-t-elle  défailli  la  ligne  d’air  qui  me  portait  s’est-elle dérobée  faute  que  je  l’aie  assez  clairement  aimée  le  ciel je  ne  m’attendais  pas  qu’il  fût  vert  je  n’avais  pas  songé qu’il  brûlât  quand  j’y  ai  été  propulsé  ni  qu’il  fallût  dire si  c’était  la  terre  ou  le  ciel  puisqu’elle  c’est  lui  d’où  cascade  sans  parole  ce  voile  de  rose  quand  je  reviendrai  et même  si  je  ne  reviens  pas  je  lui  manifesterai  mon amour  en  repassant  à  travers  elle  masse  de  la  pénétrabilité  même  la  terre  à  bleuir  à  débleuir  tout  espace  de temps  n’est  qu’un  moment  d’une  plus  grande  chose comme  quelques  lignes  du  poème  en  glissant  le  long de  la  courbe  vers  le  haut  les  yeux  pleins  d’air  je  vois  les graines  ce  qu’il  y  a  dans  le  ciel

Dominique Fourcade, « Premier poème Fang Yi » in Anthologie de la poésie française du XXe siècle, tome 2, Gallimard 2000, p. 502

Commentaires fermés sur En lisant Dominique Fourcade

Comments are closed at this time.